Il a connu... Union SG - RWDM

Gerrit Muylaert, l’homme des « deux rouges » face au RWDM

 

Il vient de fêter ses 60 ans le 10 août dernier et la seule et unique saison qu’il aura passée à l’Union restera selon ses propres dires la plus belle de sa carrière. Gerrit Muylaert (deuxième rangée, au milieu derrière Dany Ost) a joué… en partie les deux derby's face au RWDM, car il écopa chaque fois d’un carton rouge.

 

Pur Alostois, Gerrit a évidemment fait ses classes chez les « Ajuinen » dont il a défendu les douleurs en D2 a partir de 1980…

 

« A la fin de la saison 83-84, l’Eendracht connaissait des problèmes de budget. J’ai eu comme entraîneur Georges Heylens qui avait coaché l’Union, et comme coéquipier Edy De Bolle qui y avait évolué en tant que joueur. Je me suis laissé convaincre par notre entraîneur Jean-Pierre Borremans qui passait à l’Union Saint-Gilloise et qui voulait à tout prix m’emmener avec lui. Et ça n’a pas été facile, car le club exigeait un montant assez important pour me laisser partir. Mais je n’avais pas de contrat et finalement, l’Eendracht a fini par céder. En fait, j’avais peu joué durant ma dernière saison à Alost, car j’avais été blessé au genou. »

 

 Au Stade Marien, Gerrit trouve immédiatement ses marques !


« Une ambiance extraordinaire avec tous les joueurs, et tout particulièrement Dany Ost, Didier Electeur, Dirk Fluyt et Kristiaan Ceuppens ! On ne rentrait jamais directement à la maison. Je n’ai joué qu’un an à l’Union, car j’ai dû faire un choix sur le plan professionnel. Mon travail ne me permettant plus de m’entraîner au niveau de la D2, je suis « descendu » en D3, en promotion et puis en provinciales, notamment à Gent Zeehaven et à Denderhoutem, toujours dans ma région… »

 

Les deux affrontements face aux futurs champions molenbeekois se sont soldés par autant de cartes rouges pour notre médian gauche !

 

« A Molenbeek, on avait pris la « rammeling » (ndlr : c’était le 2 décembre, 6-1 lors de la 14ème journée), mais c’était beaucoup plus équilibré au match retour du 12 mai, devant un monde fou (re-ndlr : 15.000 spectateurs, dernier record en date). Comme au Stade Machtens, j’ai été exclu. Avant le repos, j’ai reçu un vilain coup de Patrick Gollière, et le n’ai pas pu me retenir. Je me suis vengé en plein sous les yeux de l’arbitre qui a évidemment tout vu. C’était vraiment stupide. Et ça m’a valu le surnom de « le Rouge », ce qui est amusant vu mon statut d’employé à la FGTB ! En attendant, mon équipe s’est retrouvée à dix, et s’est inclinée à cause d’un penalty tout à fait inexistant pour une faute imaginaire de Dany sur Pol Demesmaeker… »

 

Gerrit fait aujourd’hui partie de ces nombreux joueurs qui ont gardé pour l’Union une sympathie profonde et inaltérable.

 

« Je ne suis revenu qu’une seule fois au stade voici quelques années, mais je suis toujours avec attention l’évolution du club. Et d’ici quelques mois, je serai pré-retraité, ce qui me laissera plus de temps pour venir encourager l’équipe. Ce serait évidemment formidable si c’est en D1A, surtout après autant d’années ! »


Un pronostic pour terminer? 

« Je vais pour une victoire Unioniste, évidemment,... 2-1 !  »

Partagez cet article :