KV Kortrijk - Union SG : 0-1 !

Le onze unioniste : Kristiansen – Hamzaoui – Perdichizzi – Kandouss - Kis – Teuma – Mehlem - Gérard - Selemani – Niakaté - Ferber.

Remplaçements unionistes : Tau pour Ferber (57ème), Fixelles pour Teuma (71ème), Vega pour Hamzaoui (73ème)

Cartes jaunes unionistes : Selemani, Gérard.
Le but :

⚽ 64' Selemani 0-1

Pour son match au sommet, l’Union a fait preuve d’un réalisme et d’une maturité augurant de belles perspectives. On a beau répandre que notre club n’a pas demandé la licence européenne, les résultats sont là, et le matricule 10 est en train de donner une bien belle image d’un football qui en a plutôt besoin.

Face à une formation courtraisienne restant sur un parcours impressionnant, les troupes de Luka Elsner ont d’abord su gérer la pression imposée d’entrée de jeu par leurs adversaires, avec avant la fin du quart d’heure initial, une première alerte avec un tir frôlant la barre. Rebelote à la 20ème, avec une frappe de Teddy Chevalier heureusement non cadrée, le même joueur qui, sur corner, voit sa reprise repoussée par… Roman Ferber. La réplique visiteuse vient de Youssouf Niakaté, dont l’envoi est dévié en coup de coin lequel, joué en retrait permet à Rafik Gérard de tirer… juste à côté. On approche la demi-heure quand Anders Kristiansen se met en évidence pour annihiler une nouvelle tentative visitée, juste avant une formidable reprise de Christophe Lepoint qui frappe le haut de la transversale. L’Union a plié mais n’a pas craqué tant et si bien qu’au repos, le score est toujours vierge.

Changement progressif de physionomie à la reprise qui voit nos troupes mettre davantage le nez à la fenêtre. Une dangereuse frappe de Percy Tau est repoussée à l’heure juste, et quelques instants plus tard, c’est le coup de tonnerre. Un long « throw in » de Kevin Kis surprend la défense flandrienne, et le cuir revient dans les pieds de Faiz Selemani qui, légèrement en retrait, parvient à surprendre de gardien Joel Pereira ! En face, Kristiansen sauve magistralement, et alors que le « quart d’heure de l’Union » vient de sonner, Tau loupe d’un chouia le « break ». Le score en restera là en dépit des six minutes de temps additionnel… très  généreusement accordés aux pensionnaires du Stade des Eperons d’Or qui ont dès… lors perdu la bataille du « leadership ».


 


 


 


Partagez cet article :