L'Union au Congo : Des victoires et des incidents...

Partie 1 : introduction et départ de Bruxelles ! 

Les incidents du 16 juin

Tout semble réglé comme sur du papier à musique lorsque la délégation saint-gilloise atterrit le matin du 11 juin, après un vol à escale. L’accueil est triomphal, tant officiel que renforcé par la nombreuse « colonie unioniste » de Léopoldville !

Ensuite, toutes les attractions y passent. Comme s’il s’agissait de ministres… Les choses sérieuses commencent le 14 juin par une « mise en jambe » contre une sélection « mixte » de la capitale, remportée sur la marque de 0-6 par nos ouailles à l’avant-veille du rendez-vous au Stade Roi Baudouin contre la sélection africaine de Léopoldville. L’enceinte, qui n’est pas encore achevée, est pleine à ras-bord en ce dimanche 16 juin. L’équipe congolaise entend bien effacer les chiffres de sa tournée en Belgique, et dès le coup d’envoi, soutenus par un public autochtone en délire, ses joueurs malmènent nos ouailles. Pour les Congolais, c’est une grande première. Ils se donnent à fond, mais c’est quand même l’Union qui mène à la mi-temps, par 1-2. C’est après la pause que les choses s’enveniment. L’arbitre « blanc » de la rencontre est pris à partie pour son « penchant unioniste ». Les « Jaune et Bleu » s’imposent en fin de compte par 2-4, mais là n’est pas l’important. Une émeute éclate. Des voitures sont démolies et les forces de l’ordre interviennent. Les joueurs de l’Union embarquent dans des véhicules qui font l’objet de jets de pierre malgré la protection de la Force publique. On évite les quartiers « noirs » pour regagner le « cinq étoiles ». Un dimanche d’enfer dans le mauvais sens du terme. C’est la première rébellion dont l’impact dépasse le cadre du football. On dira que ce « Congo-Union » a déclenché la « guerre d’indépendance ». Nos joueurs ne voulaient certainement pas ça…

Photo : http://unionhisto.skynetblogs.be

Partagez cet article :