Rétro | L'Union et la Grande Guerre !

Après l’armistice du 11 novembre 1918, il faudra patienter quelques mois encore avant de voir enfin reprendre les compétitions officielles de football, dont la dernière avait connu son épilogue le dimanche 17 mai 1914 avec la deuxième et dernière – à ce jour… - victoire de l’Union Saint-Gilloise en Coupe de Belgique.

Née en 1912, l’épreuve adoptait déjà le principe d’une élimination directe. Écartée du titre en championnat par le Daring quelques semaines auparavant, l’équipe… vice-championne retrouve en finale le FC Brugeois, qui a terminé quatrième derrière le Daring, l’Union et… le Cercle. Et qui s’est aussi offert le « scalp » du nouveau champion molenbeekois en demi-finale. L’apothéose se joue au stade du Racing, à Uccle, au Vivier d’Oie. Emile Hanse et Pierre Vergeylen font défaut dans les rangs bruxellois, ce qui attise la confiance des Flandriens. Ceux-ci vont rapidement déchanter car leurs adversaires ouvrent la marque par leur jeune attaquant de pointe, Achille Meyskens, lequel va être l’homme du match. Après la demi-heure, Edgard Van Boxtaele rétablit méritoirement l’égalisation pour des Brugeois entreprenants, mais qui n’en concèdent pas moins un deuxième but avant le repos, par Meyskens à la conclusion d’un coup de coin livré par Albert Carion. On rejoue depuis peu quand un nouveau corner botté cette fois par Elie Delville trouve le même Meyskens à la réception. A 3-1, les Brugeois commencent à s’énerver.

Deux de leurs joueurs sont exclus et, côté unioniste, Alexandre Bessemans les accompagnent. On achève dès lors à 10 contre 9, avec un dernier but signé Carion pour l’Union qui s’impose donc par 4-1. Un an avant, l'Union avait déjà réalisé le premier doublé historique de l'histoire en remportant, outre la Coupe, également le titre de champion ! 

Partagez cet article :