Union SG - KSV Roeselare : 4-0
Le onze unioniste : Saussez Peyre - Perdichizzi – Martens – Kis – Fixelles – Morren –Vercauteren – Tabekou – Luvumbu  - Bertjens.

Remplaçements unionistes : Lambrecth pour Bertjens (74ème), Mboko pour Martens (77ème), Da Silva pour Luvumbu (81ème).

Cartes jaunes unionistes : -

Les buts :

31' Martens 1-0
38' Lemoine 2-0 (own)
52' Perdichizzi 3-0 68' Bertjens 4-0
Après le demi-couac de Tubize, l’Union a réagi de la meilleure manière devant son public, en prenant largement la mesure de Roulers, l’équipe qui la précédait au « général ». Une partie plus que rassurante pour les troupes de Marc Grosjean incorporant d’entrée de jeu Héritier Luvumbu et Christophe Bertjens aux avant-postes. Il n’aura fallu que quelques minutes de mise en jambe pour voir les occasions défiler devant le gardien roularien qui, jusqu’à la demi-heure, conservera ses filets intacts… par miracle ! Car la pression visitée s’intensifiait au gré de la trotteuse d’un stade ne quémandant qu’à s’enflammer. Bertjens (6ème et 15ème), Vercauteren (20ème), Martens sur corner (23ème), Peyre sur corner encore (27ème) et Martens à nouveau sur corner toujours eurent le but d’ouverture au bout de… la tête. La troisième tentative du dernier nommé sera la bonne : son « heading » terminait sa course dans la lucarne de Biebouw : 1-0. Loin de se satisfaire de cet avantage cent fois mérité, l’Union poussait derechef, mais ce fut l’infortuné Lemoine qui, sur un centre parfaitement tendu de Tabekou, prolongeait le cuir dans ses propres filets : 2-0.
Il restait alors quelques minutes à jouer dans cette période initiale et tout avait l’impression d’être déjà dit. Les « Jaune et Bleu » continueront à ajouter la manière au résultat tout au long d’une seconde période de gala. A la suite d’un nouveau corner, Perdichizzi plantait le numéro trois, puis sur un centre du toujours très remuant Tabekou, Bertjens y allait d’une belle reprise pied en avant pour fixer les chiffres. On notera encore une frappe de Tabekou en plein montant à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. On en restera donc là, à six jours de la visite d’OHL dans ce même stade national où le couvert semble décidément prêt à être remis.
Partagez cet article :