Union SG - OH Leuven : 2-3

Le onze unioniste : Saussez – Vega – Kandouss – Perdichizzi - Kis - Van der Heyden -  Teuma – Nielsen – Tabekou - Sigurdarson - Fixelles.

Remplaçements unionistes :  Ferber pour Van der Heyden (46ème), Haugen pour Nielsen (59ème).

Cartes jaunes unionistes : Van der Heyden

Les buts :

⚽ 3' Henry 0-1

⚽ 32' Maertens 0-2

⚽ 64' Tabekou 1-2

⚽ 67' Perdichizzi 2-2

⚽ 90' Perbet 2-3


Encore une occasion ratée… Ce n’est pas la première fois – et loin s’en faut ! – que l’Union dispose d’une occasion en or de prendre les commandes de la tranche. OHL sortait d’une série peu convaincante après le gain de la première phase, mais dès le moment on concède un but parfaitement évitable après trois minutes de jeu à peine – sur un corner inutilement concédé…- on se met dans les plus mauvaises dispositions, ce qui sera le cas jusqu’à la pause.

Peu d’occasions en effet pour égaliser, et au contraire un deuxième but concédé peu après la demi-heure. Tout va changer radicalement dès le retour des vestiaires. Avec un attaquant supplémentaire, les « Jaune et Bleu » bousculent leurs invités qui comptent toutefois sur leur gardien très volontaire, le Sud-Africain Darren Keet, omniprésent et même un peu trop téméraire.

Lors d’une de ses sorties, il se heurte à Serge Tabekou et reste au sol, ce dont profite Roman Ferber pour marquer. L’arbitre estime qu’il y avait faute et annule le but. Ce n’est que partie remise pour l’Union qui, en moins de cinq minutes, rétablit l’égalité par le même Tabekou puis Pietro Perdichizzi, tous deux mettant un terme à des mêlées devant un Laurent Henkinet visiblement cueilli à froid. Mais l’autre gardien visiteur sortira ensuite le grand jeu pour empêcher nos joueurs de passer devant en dépit de plusieurs occasions. Alors qu’on entre dans la dernière minute du temps réglementaire, un contre profite à Jérémy Perbet complètement isolé sur la gauche de notre infortuné gardien Adrien Saussez. On accorde cinq minutes de temps additionnel, de quoi offrir à Roman Ferber une dernière possibilité d’égaliser mais le ballon passe au-dessus.

Encore un match maudit, avant le déplacement de samedi prochain au Kiel, pelouse tout aussi… maudite. Comme tout le monde, à l’exception de Lokeren, se tient dans un espace de trois points, tout reste possible. C’est bien ce qu’il faut se dire. Et y coire… naturellement !


 



Partagez cet article :